Jeudi 15 novembre 2018

Et si Dieu était président ! (Apocalypse 22,1-5)


Lire le texte

Il m’arrive de demander à mes élèves du cycle secondaire comment ils s’imaginent une école dirigée par Dieu, ou un pays dont le président est Dieu, Dieu comme le roi visible du monde. Je suis souvent déçu par leur imagination qui se limite à des mots, certes importants, comme « paix » ou « un monde sans famine », mais qui est insuffisante. Ce que je lis dans notre texte du jour, c’est une abondance, une luminosité éternelle, une réconciliation universelle. Cette imagerie majestueuse, je la lis aussi dans ce que Jésus nous raconte du royaume de Dieu, mais en semence, en germination, en devenir, donc tout petit, à ses débuts, comme une utopie qui n’a pas encore trouvé une place suffisamment grande dans ce monde. Jésus est le grand prédicateur de ce royaume en devenir que Jean a vu s’accomplir en vision. La foi est une proposition de croire en un monde en devenir, qui a déjà commencé. Mais dans notre quotidien doit se vivre aussi l’inattendu en Christ. C’est notre part de responsabilité quotidienne : poser en germe, comme un signe, en attendant l’accomplissement géré par Dieu, des signes du monde à venir. Parcourant mes journées passées et celles devant moi, je suis invité à rendre visible ce monde promis.

Martin Burkhard

Prière: Difficile d’imaginer concrètement ton monde, Seigneur, mais merci de m’ouvrir des pistes pour le signifier là où je passe ces jours-ci. Et que cela soit un encouragement.  

Référence biblique : Apocalypse 22, 1 - 5

Commentaire du 16.11.2018
Commentaire du 14.11.2018